samedi 13 mars 2010

Karen Maitland - La compagnie des menteurs

Terminé !
Lu grace au partenariat Blog-o-book et les éditions http://www.sonatine-editions.fr/
.
et entre dans le challenge du 1er roman



En 4ème de couverture ce livre est comparé a
.
- "au nom de la rose" de Umberto Eco
.
- et à "le cercle de la croix" de Ian Pears...
.
généralement je n'aime guère ce genre de comparaison, souvent décevante... mais là, non, dans la même veine...
.
je rajouterai dans cette série "terreur" de Dan Simmons... melant faits réels, légendes et superstitions... un vrai et grand coup de coeur !
.
illustration :Liseuse, The Reader Bronze; Albert-Ernest Carrier-Belle
.
Les compagnons de route

.
Camelot, le personnage qui nous conte cette histoire, un solitaire qui pour vivre vend des fausses reliques, dont celles de sainte Unkummer. défiguré, âgé, va ce joindre a des compagnons de hasard pour fuir la peste en allant vers le nord... mais est-ce bien le hasard qui réunit les compagnons de route.
.
illustration : foire-medieval.mrugala.net



Rodrigo, le musicien, homme doux et généreux, maître de Jofre, apprenti musicien, son neveu, plein de fougue, de révolte, joueur et buveur, qu'il protège envers et contre tout et tous... originaire de Venise...









Zophiel, qui va de foire en sanctuaire, et vit de paris, de jeux et de montreurs de sirène...
.
le personnage est antipatique, avare, coléreux, intransigeant, mais c'est lui qui possède le cheval et le chariot...
.
(Zophiel est l'archange qui aurait expulsé Adam et Ève du Paradis, selon la tradition biblique)
Cygnus, conteur, se déplace de foire en foire avec ses contes... il serait ni-homme mi-cygne... doux réveur, en butte à la méchanceté de Zophiel...
.
il rejoint les compagnons car accusé du meurtre d'une enfant... il fera d'ailleurs une partie du chemin attaché au chariot...
.
Narigorm, petite fille étrange au long cheveux blancs, maîtresse des runes... qui lui révèle les mensonges et les vérités... elle arrive dans l'histoire en compagnie de
.
Plaisance, douce, timide et jeune sage-femme, connaît les plantes qui soignent......
.
illustration : Tableau d'Edward Reginald Frampton.
.
Osmond, peintre, et Adela, jeune couple en attente d'enfant...
.
Carwyn, l'enfant d'Osmon et Adela...
.
illustration : mariage - medieval.mrugala.net
*
Tous ces compagnons de route ont de bonnes raisons de fuir... la peste qui arrive bien entendu, mais pas seulement, chacun cache un secret, un mensonge, qui s'il est découvert peut les mener à la mort...
.
ils entreprennent donc un long voyage semé d'embuche vers le nord... évitent les aglomération, souffrent de la faim, du froid, des remords... en essayant de préserver leurs secrets les uns des autres...
.
poursuivis par un loup humains ou inhumains, qui peut le dire... une créature qui ne laisse pas de traces mais qui les persécutent tout au long du chemin... telle une malédiction.
.
Mais pourquoi, et surtout pour qui ?
.
quels péchés mortels les compagnons ont-ils bien pût commettre pour se voir ainsi persécutés ?
.
serait-ce un chatiment divin ou a-ton a faire a des forces obscures venues du fond des âges ?
.
Un prêtre défroqué,
un sodomite,
une sorcière,
une juive,
une nonne en rupture de ban,
un inceste,
une sorcière,
un infirme,
et un travesti...
.
9 personnes sont parties... 4 survivront...
.
dont l'un sera chassé pour avoir trahi ses compagnons... par lacheté ? par faiblesse ? par superstition ? ...
.
1 retrouvera sa vraie famille... mais la malédiction sera-t-elle vraiment achevée ???
.
illustration : verscompostelle.be
..
Pas facile de raconter un livre aussi passionnant sans trop en dévoiler... mais j'espère avoir réussi a vous donner envie de lire ce livre !
*
La peste de 1348 n'a été que le dernier d'une série de désastres à avoir frappé la Grande Bretagne.
.
La période de 1290 à 1348 a connu un changement climatique rapide et spectaculaire, si remarquable que le pape a ordonné que des prières spéciales soient dites quotidiennement dans chaque église.
.
Les récits des témoins affirment que 1348 a été particulièrement mauvaise, puisqu'il a plu chaque jour depuis la Saint-Jean jusqu'à Noël.
.
Le changement de climat a décimé les récoltes, provoqué la douve du foie chez les moutons et la morie (épizootie du bétail), et causé de vastes innondations qui ont pratiquement anéanti l'industrie du sel sur la côte est.
.
Ce qui combiné à l'explosion démographique, signifiait qu'autant de gens mouraient de faim que de la peste.
-
La mort bleue est le nom donné à la peste en France, à cause des ecchymosees sur la peau provoquées par les hémoragies sous-durales...
.
L'église et d'autres, ont suggéré que la peste pouvait avoir de nombreuses causes, elle pouvait être le chatiment divin, le résultat du mauvais air, d'un déséquilibre des humeurs, d'une alimentation trop abondante, ou avoir été propagée par des vampires.
.
illustration : les 7 péchés capitaux - pososedstvu.ru
A cette époque, l'église considérait comme une hérésie le fait de nier l'existence des vampires et des loups-garous.
.
Les juifs ont aussi été accusés d'être à l'origine du fleau en empoisonnant les puits, bien que le pape ait déclaré qu'ils n'avaient rien à voir avec la peste et interdit à quiconque de s'en prendre a eux.
-
les gens désespérés, tentaient n'importe quoi pour empêcher la peste de se propager, comme le mariage d'infirmes.
.
Voilà ce que nous dit Karen Maitland dans les notes historiques en fin de volume...

*

Curiosité historique...
Sainte Wilgeforte
,
.
surnommée « La vierge barbue » est une sainte de la tradition catholique. Les historiens considèrent comme acquis que ce personnage n'a jamais existé.
.
Sa légende apparaît au XIVe siècle et est sans doute originaire de Hollande, elle entre dans le Martyrologe romain en 1583.
.
Fêtée le 20 juillet.Il existe au moins deux récits différents de la légende de Wilgeforte :
.
Sainte Wilgeforte était une princesse
sicilienne catholique du XIe siècle. Contrainte à un mariage forcé avec un roi du Portugal alors qu'elle avait fait vœu de chasteté, Wilgeforte fait une prière à Dieu pour que ce dernier la rende la plus laide possible.
.
Le miracle a lieu et elle se retrouve affublée d'une épaisse barbe, décourageant totalement son prétendant. De colère, son propre père (païen) la fait crucifier.
.
Jeune fille que des soldats ivres s'apprêtaient à violer, Wilgeforte invoque la protection divine et est exaucée puisqu'une épaisse barbe lui recouvre le visage, faisant fuir ses agresseurs. Elle est par la suite suppliciée pour
sorcellerie.
.
Selon les récits, on prête à Wilgeforte diverses origines : elle aurait été fille d'un roi païen portugais
, ou
poitevine. La constante de tous ces récits, c'est l'apparition d'une barbe et le supplice de la crucifixion. Ce sort était exclusivement réservé aux hommes et Sainte Wilgeforte est l'unique sainte de la chrétienté à être représentée crucifiée.
.
Une seconde légende est attribuée à Wilgeforte : elle aurait jeté un soulier d'
argent à un joueur de viole.En langue latine, on la trouve sous les dénominations Virgo fortis, Wilgefortis barbata, liberata, comeria, cumernus et Eutropia. En français, son nom se décline en Digneforte, Guilleforte, Milleforte, Virgeforte et Livrade. En italien, elle se nomme Liberate, en espagnol Librada, en anglais Uncumber, en allemand Hülpe, Gehülpe, Kümmernis, Ontkommer et Unkummer. -wikipédia
.
illustration : Sainte Wilgeforte (Kümmernis) par Hans Burgkmair, gravure sur bois, 1507. La légende de Sainte Wilgeforte est ici assimilée au miracle du ménestrel et du Saint Vou de Lucques.
*
L’alphabet original des runes nordiques, le futhark à 24 lettres ou vieux futhark, représentant les 24 constellations visibles des anciens Scandinaves, dont les Vikings, est souvent appelé la « ligne rune » et était organisé en trois groupes de 8 runes chacun, dénommés ätter (familles) : les ätts de Freyr (ou Frey), Hagal et Týr respectivement, le premier caractère de chaque groupe étant exemplifié par le caractère initial du nom.
Le futhark original nordique de 24 lettres, aussi connu comme le futhark germanique :
et Oþila (Propriété Óðal).
Chaque rune possède une symbolique :
.
Fehu : le bétail, l'argent, la richesse : c'est le dieu de la Fertilité. Elle symbolise aussi le feu primordial, et est à l'origine de toute chose. (Lettre F)
.
Uruz : le bison, le bœuf, la force vitale première. (Lettre U)
.
Thurisaz : les géants, le supplice des femmes. (Lettre TH en anglais)
.
Ansuz : Dieu, poutre sacrée ou pieu des ancêtres. Elle symbolise surtout l'inspiration, la conscience. (Lettre A)
.
Raido : la chevauchée, le chemin, le voyage dans les ténèbres. (Lettre R)
.
Kaunan : la torche, le canot, le bateau. (Lettre K)
.
Gebo : les dons et cadeaux, le Sacrifice et les offrandes. (Lettre G)
.
Wunjo : le délice, la magnificence, le confort. (Lettre W)
.
Hagalaz : la grêle, l'orage, la Magie néfaste du Temps. (Lettre H ou CH)
.
Naudiz : la servitude, la détresse, la contrainte, le tourment, la nécessité. (Lettre N)
.
Isaz : la glace, le froid et le malheur. (Lettre I)
.
Jeran : les années, les saisons fertiles, les récoltes et la bénédiction du champ. (Lettre J)
.
Eihwaz : l'if, la mort, la proscription de la Magie et autres dangers. (Lettre E)
.
Pertho : divination, hasard. (Lettre P)
.
Elhaz : l'homme, la fourchette, l'ambivalence. (Lettre Z)
.
Sowilo : le soleil, la lumière, la chaleur et la fertilité. (Lettre S)
.
Tiwaz : la flèche, la fidélité, le dieu de la Guerre Ziu. (Lettre T)
.
Berkanan : la branche de bouleau, le mariage et la déesse Frigg. (Lettre B)
.
Ehwaz : le cheval, l'accompagnateur du char du soleil. (Lettre E)
.
Mannaz : l'homme, l'humanité. (Lettre M)
.
Laguz : l'eau, la mer, les lacs et les sources. (Lettre L)
.
Ingwaz : Dieu ou héros de souche Ingwi. (Digramme NG)
.
Dagaz : le jour et la luminosité, à l'origine du feu sacré. (Lettre D)
.
Othalaz : la propriété foncière. Le contraire de Fehu. (Lettre O)
.
Noter que le système runique, lorsqu'il est utilisé en tant que système magique, présente une adaptabilité très grande. Les symboliques données ci-dessus sont valables mais pas en tant que dogmes, plutôt en tant que possibilités parmi d'autres.
.
Les chercheurs runiques ne considèrent généralement pas les runes sous un jour purement objectif, mais tentent de se les réapproprier tant leurs sens peuvent être multiples, et leurs interprétations variables.
*
Édouard III d'Angleterre
.
comte de Ponthieu et de Montreuil le 2 septembre 1325,
.
Il règne pendant une période charnière, dans une Europe en crise économique et sociale qui bascule dans la guerre de Cent Ans, et subit les ravages de la peste noire.
.
Édouard est couronné en l'
abbaye de Westminster à Londres le 2 février 1327, à l’âge de 14 ans, suite à la destitution de son père le 20 janvier 1327.
.
Alors qu’il n’était âgé que de 17 ans, il mène un coup d’État contre son régent, Roger Mortimer, puis commence son règne personnel.
.
Ayant restauré l’autorité royale suite au règne désastreux de son père,
Édouard II, il fait du royaume d'Angleterre la première puissance militaire d’Europe. Après avoir défait mais non soumis le royaume d'Écosse, il s'attaque à la France avec laquelle son royaume est en conflit larvé du fait de l'emprise économique de l'Angleterre sur toute la partie occidentale du royaume de France, des Flandres à l'Aquitaine, et de l'alliance franco-écossaise.
.
Ces contentieux sont doublés par le problème de la souveraineté sur la Guyenne, fief pour lequel il est vassal du roi de France, qui peut à ce titre annuler toutes ses décisions de justice.
.
Il se déclare héritier légitime du trône de France en 1338, déclenchant la guerre de Cent Ans.
.
Après quelques revers, Édouard parvient à faire voter des impôts par le parlement qui lui donne les moyens de maintenir une armée de métier, ce qui le conduit à la victoire. La bataille de Crécy, la prise de Calais puis la bataille de Poitiers, où le roi de France est capturé, lui permettent d'étendre son royaume sur le tiers de la France continentale en vertu du traité de Brétigny.
.
Cependant, à compter de cette époque, il se heurte à Charles V qui renverse la tendance : celui-ci modernise en effet l'économie et l'armée françaises et fait accepter les impôts quand le parlement anglais se met à rechigner à financer la guerre. Les dernières années d’Édouard sont difficiles : elles sont marquées par des revers sur le plan stratégique avec notamment la perte de pratiquement toutes ses conquêtes et par des troubles intérieurs, que l’on peut largement attribuer à son apathie et sa très mauvaise santé.
.
Hautement vénéré à son époque et pour des siècles, Édouard fut dénoncé plus tard comme un aventurier irresponsable par des historiens
whigs. Cette vision est maintenant dépassée et l’historiographie moderne le crédite de nombreux accomplissements.
.
Durant son long règne de 50 ans, il transforme son royaume et enclenche la transformation de l'Angleterre en puissance industrielle maîtrisant toute la chaîne textile. Son règne voit des progrès primordiaux dans la législature et le gouvernement, en particulier l’évolution du parlement anglais.wikipédia.
.
Édouard III, anonyme, huile sur toile, 58,4 x 44,8 cm, Londres, National Portrait Gallery.
.
Ephéméride Année 1348 :
Janvier : La peste arrive à Venise et à Pise par voie maritime.
.
Mars : La peste arrive à Florence et en Toscane.
.
13 avril : Massacre de Juifs à Toulon
.
17 mai : Le quartier juif de Barcelone est pillé
.
Juin : La peste atteint Paris.
La peste atteint le Dorset, en Angleterre (1348-1349).
Londres est touchée le 1er novembre.
.
La population anglaise est réduite de 30% entre 1348 et 1369.
.
La réduction de la main d’œuvre transforme l’économie agricole seigneuriale. De vastes terres passent à l’élevage et la main-d’œuvre agricole connaît pour la première fois une sorte de liberté.
.
4 juillet : Bulle du pape Clément VI de protection des Juifs. Une seconde bulle fulminée le 26 septembre les innocente de la propagation de la peste.
.
15 septembre : Les Juifs de Chillon, sur le lac Léman, sont torturés jusqu’à ce qu’ils avouent avoir empoisonné les puits. Leurs confessions provoquent la fureur de la populace qui se livre à des massacres et à des expulsions.
.
Octobre-novembre : La peste atteint l'Autriche (1348-1349). 40 000 victimes à Vienne. 25 à 35% de la population est décimée. Séries de tremblements de terre.
.
Le peuple, pris de panique, s’en prend aux communautés juives soupçonnées d’avoir diffusé l’épidémie. Albert le Sage doit intervenir pour protéger ses sujets Juifs.
.
illustration : Carte de diffusion de la peste noire
*
la peste noire ou bubonique:
.

La peste de 1348 - appelée couramment peste noire ou bubonique (ou bacille de Yersin qui le découvrit en 1894 ) à défaut d'être transmise par contacts directs avec le malade contaminé, était surtout transmise et transportée par les puces des rats qui logeaient dans les cales des navires.
.
C'est pourquoi les villes portuaires furent les premières atteintes par la maladie.
.
Ces puces, véritables agents pathogènes, passaient en sautant d'un animal sauvage à des animaux domestiques comme le chat, le chien ou nichaient dans les lainages humains.
.
Sans parler des colonies de puces sauteuses existant dans les greniers des vieilles maisons aux planchers lézardés et vermoulus.
.
illustration : Illustration de la Peste noire tirée de la Bible de Toggenburg (1411).
.
Il ne faut pas oublier qu'en ce temps là les greniers avaient non seulement un rôle de garde-manger : puisqu'on les construisait en pointe avec souvent deux ou trois niveaux pour y entasser les sacs de grains, les aliments déshydratés, le lard salé ou fumé, mais on y mettait aussi le linge à sécher et les provisions devant servir en cas de siège ou d'invasions surprises. Ces greniers étaient ventilés par des petites lucarnes, appelées aussi chiens assis, qu'on incorporait dans la toiture.
.
Il faut également incriminer les mauvaises conditions d'hygiène de l'époque, la vétusté des logements, les nombreux champs de batailles où les morts et cadavres de chevaux entremêlés, n'étaient t
rop souvent même pas enterrés, mais livrés aux rongeurs et charognards de toutes sortes ! Ces endroits maudits que les paysans ì contournaient avec de grands signes de croix offraient de véritables festins aux colonies de rats vagabonds qui y proliféraient !
.
illustration : illustration"Saint François priant contre la peste" (anonyme, XVe siècle).
.
Le sinistre tableau de La PESTE noire au Moyen-Age
Symptômes de la maladie :
.
Même si l'on ne connaissait pratiquement sur la vie des bacilles, des microbes et des bactéries, les gens apprirent très vite qu'il fallait éviter de toucher et de s'approcher des malades contaminés, qui souffraient de fièvre et de chaleur insupportable, d'étouffements ressentis, de douleurs insoutenables aux aines et aux aisselles avec apparitions de bubons (cloques purulentes), étourdissements, pouls rapide, vertiges, vomissements, hémorragies cutanées spontanées ou hémorragies internes des viscères.
.
Auxquels s'ajoutaient bien entendu les signes de défaillances psychologiques : affolement, plaintes, pleurs, cris, gémissements, panique mentale et désespoir total.
.
Rapidité foudroyante de l'évolution de la maladie, décès en quelques jours, parfois en une demi-journée.
.
Jean de Venette témoin de la grande épidémie de peste de 1348 décrivait ainsi ses observations relevées à Paris : " les gens n'étaient malades que deux ou trois jours et mourraient rapidement, le corps presque sain. Celui qui aujourd'hui était en bonne santé, était mort demain et porté en terre "
.
Maladie de méfiance : l'ignorance du véritable agent de transmission contagieux engendre la peur, l'isolement, le repliement sur soit. Certains invoquent le ciel d'autres parlent de générations spontanées ! Mais pour tous la douleur est terrible lorsqu'on voit partir impuissants tous ceux que l'on aime sans pouvoir les aider !
.
En particulier les jeunes enfants, adolescents et jeunes filles arrachés dans la fleur de l'âge.
.
L'ombre de la mort sévit partout et atteint : le riche ou le pauvre, l'enfant ou le vieillard, le noble tout puissant ou le vagabond. Elle traîne avec elle son cortège de vols, de règlements de comptes puisque la justice est inexistante, la tristesse, les larmes, le suicide, la faim, la peur, la misère, la soif et le désespoir.
.
Le cauchemar devient réalité permanente ! L'horreur s'installe partout ! Plus il y a de concentration de gens et plus l'épidémie frappe en nombre.
.
Tout le monde se méfie des voisins qui sont peut-être déjà porteurs de la terrible maladie, alors on tue tous les animaux et on part à l'aventure le long des routes en traversant de nombreux villages aux volets fermés, aux places désertes et silencieuses, lorsque les maisons et les fermes ne sont pas carrément abandonnées...
.
La famille éclate, certains sont orphelins, d'autres sont séparés de leur femme, de leur époux, de leurs frères et soeurs... Rares sont même ceux qui vont assister à l'enterrement de leurs proches.
.
Dans les hôpitaux les médecins n'approchent pas les malades, ils s'aspergent de vinaigre, pendant que les prêtres munis de masques à bec pointus donnent la communion ou l'extrême onction avec des cuillères d'argent fixées à de longues spatules...
.
On jette dans les rues des monceaux de cadavres que l'on entasse rapidement dans des charrettes précédées de clochettes. Notables ou miséreux, tous se retrouvent côtes à côtes avant de finir entassés dans une fosse commune recouverte de chaud vive et de terre.
.
Des familles entières disparaissent ainsi. Et il n'était pas rare de voir de modestes habitants des villes hériter tout d'un coup d'une grande fortune ou d'un château en Loire ou en Bordelais uniquement parce que tous les autres héritiers plus proches ont été tous emportés par la terrible maladie. Et l'on assiste soudain à des scènes insolites : des paysans nouveaux riches, habillés de soie qui s'enivrent avec des vieux millésimes de grands vins à la manière du gros rouge, dans des grands châteaux abandonnés.
.
D'ailleurs on raconte que beaucoup de clochards saouls en permanence résistèrent parfaitement bien au bacille (!)...
.
Tout cela au milieu d'un affrontement stupide et une guerre qui vient de commencer entre la France et l'Angleterre et qui durera "cent ans" comme si les dieux courroucés voulaient punir la méchanceté des humains !
illustration : Médecin affublé du masque caractéristique de l'époque de la peste. Le long bec renfermait des épices pour couvrir l'odeur des cadavres (gravure de 1656).
-

5 commentaires:

Anonyme a dit…

très complet ton billet qui nous donne l'envie de se plonger dans ce premier roman historique , intéressant ..; merci pour ta participation, je rajoute le lien sur mon blog
bonne journée,

pascale de mot à mot

mazel a dit…

bonjour Pascale,
plonge, c'est vraiment un très bon thriller...
bonne journée, bises

Alex-Mot-à-Mots a dit…

Je me laisserai bien tenter, même si comem toi, je crains un peu les comparaisons.
Est-ce toi sur la photo ?

mazel a dit…

Franchement je ne peux que te conseiller ce livre... rien lu de mieux depuis "terreur" de Dan Simmons.

Mais rien ne dit que toi, tu aimeras... regarde avec "les falsificateurs"... vu le nombre de personnes qui ont aimé et moi... il m'ennuie !

Pour la photo... et non... je n'en ai pas de récentes... depuis au moins 27 ans...

bonne journée
et bonne lecture

sonatine a dit…

Cher Mazel,
nous vous remercions de cette chronique très documentée. A bientôt pour de nouvelles lectures!