jeudi 23 septembre 2010

Pourquoi Donna Leon refuse la traduction de ses livres en italien

bonjour tout le monde,
Pas vraiment inspirée par la presse aujourd'hui, je passe directement aux actualités littéraire et vos blogs...

pour commencer : livre-hebdo

Publié le 22 septembre 2010 par sak, avec afp

(Photo : Donna Leon © Opale)

L’auteur de romans policiers née aux Etats-Unis entend rester anonyme à Venise, où elle vit.

Donna Leon, qui vit depuis trente ans à Venise, où elle situe les intrigues de ses romans policiers traduits dans une vingtaine de langues, continue de s’opposer à leur traduction en Italien, a-t-elle confirmé dans une interview à l’Agence France Presse.

L’écrivaine justifie son refus par la volonté de pouvoir continuer à vivre tranquillement dans la Cité des Doges, mais le critique italien Ranieri Polese, du Corriere della Sera, le relie plutôt aux accusations dont elle a fait l’objet de caricaturer les Italiens dans ses livres, en les peignant en amateurs de pâtes incapables de quitter leur mère, tandis que la police et les administrations italiennes sont décrites comme corrompues. « Il existe toujours un risque de tomber dans les stéréotypes et Leon n’y échappe pas », écrit-il, estimant ainsi que « ce n’est pas pour rien qu’elle ne veut pas que ses livres soit traduits en italien ».

Donna Leon affirme au contraire que les tous les Italiens qui ont lu ses livres « étaient surpris que quelqu’un de non italien puisse comprendre aussi bien leur pays », et que sa seule volonté en refusant la traduction est bien de préserver son anonymat. « Ce n’est pas une bonne chose pour les gens de devenir célèbres, plaide-t-elle. En tout les cas je n’ai jamais connu quelqu’un qui ait été bonifié par cette expérience ».

Paru en France en mars 2010, Le cantique des innocents est le dernier ouvrage de Donna Leon, publié, comme les précédents, chez Calmann-Lévy.

5 commentaires:

George a dit…

C'est quand même une étrange décision de ne pas paraître dans son pays, j'ai un peu du mal à comprendre !

Mango a dit…

Alors là, comme George, je suis très étonnée d'une telle décision, pas très courageuse ni cohérente, voire mêprisante même. Etant franco italienne, c'est ainsi que je le ressens!

mazel a dit…

Oui, un peu bizarre comme comportement. Juste lu un livre d'elle, justement "le cantique des innocents"...
on ne peut pas dire qu'elle soit tendre avec les institutions italiennes, ni avec les italiens en général.
Peut-être la raison pour laquelle elle a pris cette décision.
mais pas très élégant de sa part.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Et tu en as pensé quoi, de son roman ?

mazel a dit…

assez moyen comme histoire... le thème n'était pas mal (adoption illégale), mais pas trop accroché a son style.

J'en ai un autre en attente, mais pour l'instant, pas trop envie.

J'essaie de lire pour le challenge ABC...